Université de BordeauxCluster of excellence

Le Forum urbain lauréat de la 3e édition de POPSU Territoires

Le Forum urbain lauréat de la 3e édition de POPSU Territoiresdeux degrés

Le programme POPSU Territoires vise à développer les connaissances sur les dynamiques des petites villes et territoires ruraux français. En association avec l'agence deux degrés, nous nous intéresserons en 2021 au vivre ensemble au sein de la communauté de communes de Lavalette Tude Dronne en Charente. 


Avec ses 50 communes et 18157 habitants, la communauté de communes de Lavalette Tude Dronne est située dans un espace rural, un peu à l’écart des dynamiques touristiques ou métropolitaines. Issue d’une fusion imposée de quatre communautés de communes, elle est confrontée à une absence de vision collective qui sera au coeur de notre étude. Sans hiérarchie marquée entre les différentes communes qui la composent, soumise aux influences encore faibles d’Angoulême, de Bordeaux, et du tourisme du nord Dordogne, le territoire évolue selon deux type de vecteurs :

- des vecteurs endogènes avec l’émergence de projets locaux et la mise en place de politiques sectorielles (fabrique du numérique, aérodrome pour drones, plan alimentaire territorial)
- des vecteurs exogènes avec le desserrement métropolitain, la montée du télétravail pour certaines catégories professionnelles et donc de nouveaux liens avec les villes moyennes et métropoles les plus proches (Angoulême - donc peut-être Paris - et Bordeaux)

Le déploiement de la fibre et de l’accès à internet permet d’envisager l’arrivée de nouveaux habitants, attirés par l’attrait de la campagne (et de ses prix fonciers) et une accessibilité relative aux pôles d’emplois et de services. Les données récentes des notaires sur les transactions immobilières confirment cette nouvelle attractivité, qui n’est pas forcément synonyme de dynamisme local. L’arrivée de populations un peu "hors-sol" avec des habitudes et des pratiques se déployant en dehors du territoire de résidence ne génère pas systématiquement de retombées positives pour l’ensemble du territoire. On pense par exemple aux difficultés des centre-bourgs : les néo-ruraux viennent chercher la campagne, pas la vie dans le centre du village. 

> Le manque de vision collective et de connaissance des habitudes des nouveaux arrivants réduit la capacité de la communauté de commune à dessiner des projets territoriaux. Quels projets ? Pour qui ? Où ?

Le besoin d’éviter l'éparpillement des projets et de l'animation sur le territoire nécessite de prioriser les lieux d’interventions et leurs retombées. Pour cela, il semble nécessaire de renouveler les outils d’analyse pour donner une vision actualisée des habitudes territoriales, notamment des rapports entre les différents espaces urbanisés (bourg, petites et moyennes villes, métropoles) et les espaces ruraux.

Nous proposons donc d’enquêter sur les façons dont les nouveaux habitants utilisent le territoire afin de repérer leurs modes de vie, leurs habitudes, et comment celles-ci peuvent avoir des retombées locales positives. Cette analyse des modes de vie s'intéressera également aux habitants historiques, aux nombreux Anglais installés sur le territoire depuis des années (néo-ruraux, avec des codes culturels différents, des habitudes plus communautaires), mais aussi aux jeunes partis pour le travail mais qui souhaitent revenir s’impliquer sur leur territoire de naissance.

L'objectif sera ainsi de dessiner une "carte des rendez-vous locaux", mettant en exergue les moments et les lieux qui réunissent des publics différents et qui bénéficient d’une image positive. Cette carte sera ensuite affichée dans les lieux de passage et mise en discussion avec les habitants et usagers du territoire afin d'être enrichie ; elle sera également au centre d'un "séminaire de co-construction" organisé avec les élus, techniciens et partenaires de la communauté de communes, afin de traduire la carte des rendez-vous en plan d’actions diversifiées, certaines pour des budgets très réduits et dans un temps court, d’autres plus ambitieuses et planifiables sur un temps plus long.

Porteur du projetAndy Smith (Centre Emile Durkheim)
Partenaires : agence deux degrés, master SGM (Sciences Po Bordeaux) et IAT (ensapBx) dans le cadre d'un projet collectif
Financement : PUCA dans le cadre du programme POPSU Territoires
Durée : année 2021

Figure dans les rubriques
Recherche partenariale


HAUT