Notre site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement. Pour améliorer votre expérience, d’autres cookies peuvent être utilisés : vous pouvez choisir de les désactiver. Cela reste modifiable à tout moment via le lien Cookies en bas de page.


Université de BordeauxCluster of excellence
 

Tiers lieux, pour l'émergence de nouvelles pratiques sociales

Une réflexion autour de la mutualisation d’équipements dans le futur quartier de Bordeaux Brazza.


Le concept de « tiers-lieu » est une vision originale de la mutualisation. Ray Oldenburg, son théoricien, l’a identifié comme un espace à la lisière entre lieu de travail et foyer, un « troisième lieu » où serait repensée la vie sociale, et ce par un degré de participation plus élevé de ses utilisateurs, qui ne sont pas réduits à une simple fonction de consommation. Il prend des formes multiples en termes de financement et de gestion, et peut ainsi être peu coûteux pour les collectivités, tout en permettant « l’émergence de nouvelles pratiques sociales », en proposant aux citoyens des lieux d’opportunités, qu’ils peuvent s’approprier et investir relativement librement.

A l’image d’une diffusion du concept à l’international, plusieurs tiers-lieux, espaces de coworking, de télétravail, et fablabs, se sont déjà installés dans la métropole bordelaise. Pour autant, la piste de tiers-lieux spécialisés reste peu explorée. L’intérêt d’un tel espace, qui se caractérise par une mutualisation orientée autour d’une même thématique, est de créer une synergie renforcée entre les programmes, en s’appuyant sur les spécificités d’un territoire.

Partant de ce constat, l'étude s'intéresse à la forme que pourrait prendre un tiers-lieu « générique », avant de développer l’idée de tiers-lieux spécialisés, l'un artisanal, l'autre culinaire. Cette seconde réflexion a l’intérêt de poser des questions plus larges sur l’articulation entre les espaces ruraux et urbains au sein de la métropole bordelaise, et sur la place de celle-ci dans le traitement d’enjeux qui sont devenus majeurs pour la société actuelle, comme l’alimentation et l’écologie, notamment à travers la préoccupation du « manger local ». Ces enjeux globaux sont directement liés à la physionomie et à l’économie de la métropole bordelaise, où l’agriculture et le tourisme lié à la gastronomie occupent une place importante.

> Consulter le rapport final

Commanditaire : Ville de Bordeaux

Etudiants : Guillaume Gandon-Léger, Thomas Olivain, Florent Naud, Julie Ruiz, Fernando Torres, Alizée Vauquelin (ensapBx) ; Anaïs Godet, Aurore Lafosse, Emilie Nouvel, Simon Tazzi (Sciences Po Bordeaux)

IAT/SGM 2015_Tiers lieux 1IAT/SGM 2015_Tiers lieux 1
IAT/SGM 2015_Tiers lieux 2 : artisanalIAT/SGM 2015_Tiers lieux 2 : artisanal
IAT/SGM 2015_Tiers lieux 3 : artisanalIAT/SGM 2015_Tiers lieux 3 : artisanal
IAT/SGM 2015_Tiers lieux 4 : culinaireIAT/SGM 2015_Tiers lieux 4 : culinaire
IAT/SGM 2015_Tiers lieux 5 : culinaireIAT/SGM 2015_Tiers lieux 5 : culinaire
IAT/SGM 2015_Tiers lieux 6 : culinaireIAT/SGM 2015_Tiers lieux 6 : culinaire


HAUT