Université de BordeauxCluster of excellence

Etude régionale sur des bâtiments à l'Architecture Contemporaine Remarquable

Hameau de Noailles à Talence (1973, Salier, Courtois, Lajus, Sadirac)Hameau de Noailles à Talence (1973, Salier, Courtois, Lajus, Sadirac)
Crédit photo : L. Caradec


Soutenu dans le cadre de notre dernier appel à projets, cette étude s'intéresse aux qualités architecturales d'ouvrages situés en Nouvelle-Aquitaine, en vue de les présenter à la labellisation "Architecture Contemporaine Remarquable" du Ministère de la culture. Porté par Caroline Mazel, architecte, Maître de conférences à l'ensapBx et chercheur au laboratoire PAVE, le projet porte une attention toute particulière à la valorisation des travaux auprès du grand public.



Faisant suite au Label "Patrimoine du XXème siècle", le label « Architecture contemporaine remarquable », créé en 2016, valorise les édifices de moins de 100 ans, dont la conception présente un intérêt architectural et/ou technique. L’objectif est de relever l’intérêt de constructions récentes, privées ou publiques, habitées ou fréquentées, de montrer les liens entre le patrimoine ancien et la production architecturale contemporaine et d’inciter à leur réutilisation en les adaptant aux attentes actuelles.

Le label est attribué par le préfet de Région, après examen d'un groupe de travail, puis vote favorable de la Commission Régionale du Patrimoine et de l’Architecture. La singularité de l’œuvre, son caractère innovant ou expérimental ou encore son exemplarité dans la participation à une politique publique comptent parmi les critères d'appréciation. L'objectif du label est notamment de promouvoir le bâti auprès d'un large public et d'adapter l'ouvrage à de nouveaux usages.

En Nouvelle-Aquitaine, ce sont plus de 140 bâtiments qui ont été labellisés, alors même que leur usage ne les prédestinait pas à une distinction particulière. C'est le cas à Bordeaux du centre de tri postal (1929, Léon Jaussely), à Talence du Hameau de Noailles (1973, Salier, Courtois, Lajus, Sadirac) ou à Mérignac des laboratoires pharmaceutiques Sarget (1974, Marcel Breuer). Chaque année, cette liste s'enrichit de nouvelles oeuvres.

Depuis juin 2020, le laboratoire Profession Architecture Ville et Environnement (PAVE) accompagne la DRAC Nouvelle-Aquitaine dans ce processus pour identifier des biens susceptibles d'être labellisés et enrichir la connaissance autour de leurs qualités architecturales. C'est ainsi qu'une dizaine de villas datant des années 1960-70, dans un lien de filiation avec le Mouvement moderne, ont été étudiées sur le territoire néo-aquitain. Ce partenariat se poursuit jusqu'en 2026 avec cette fois-çi une focale sur les hébergements de loisirs (VVF, centres de vacances, campings) qu'ils soient situés à la mer, à la montagne ou à la campagne, et les ensembles de logements collectifs.

Un reportage photographique sera entrepris en 2020 par le photographe spécialiste d'architecture Antoine Guilhem-Ducléon, missionné par le laboratoire PAVE pour constituer une banque d'images pouvant servir à la fois au travail d'analyse comme de médiation. Cette étude mobilisera également les étudiants de master en architecture de l'ensapBx dans le cadre des ateliers d'analyse de l'Architecture Contemporaine Remarquable et de Médiation de l'architecture contemporaine. Ils participeront ainsi à construire la connaissance du corpus d'oeuvres étudiées et à en assurer la valorisation et la diffusion auprès d'un large public.

Date de réalisation: de septembre 2020 à juin 2021
Porteurs du projet : Caroline Mazel et Loeiz Caradec (architectes et maîtres de conférences à l'ensapBx / membres du laboratoire PAVE)
Partenaire : DRAC Nouvelle-Aquitaine

Figure dans les rubriques
Projets des laboratoires


HAUT