Université de BordeauxCluster of excellence

A vos propositions pour les projets collectifs 2022 !

le 31/05

Alors que les étudiants en science politique et architecture s'apprêtent à faire un point d'étape des projets avec les commanditaires, nous relançons l'appel aux acteurs de la ville (institutionnels, collectivités, bailleurs, promoteurs, opérateurs de service public, associations, etc) intéressés par la production intellectuelle de groupes d'étudiants pluridisciplinaires de master en 2022 !

Dernière mise à jour lundi 31 mai 2021

Le dispositif des projets collectifs propose de faire travailler des groupes mixtes d'étudiants de Sciences Po Bordeaux et de l'ensapBx sur une commande d'étude, de conseil ou d'accompagnement émanant d'une structure professionnelle (collectivité, organisme public ou para-public, entreprise...). Les sujets doivent avoir trait aux espaces urbains et métropolitains et à des enjeux de gouvernance, de stratégie, de gestion, d'aménagement, de cohésion sociale...ou tout autre sujet se prêtant à la complémentarité des compétences d'étudiants en architecture et science politique.

Entre 5 et 7 projets sont sélectionnés chaque année et permettront de faire plancher de janvier à décembre 2022 des groupes de 4 à 8 étudiants encadrés chacun par leurs enseignants de master et par un.e tuteur.rice. Cela peut permettre de défricher un sujet émergent ou faire un "pas de côté" vis-à-vos des pratiques habituelles, grâce à un travail de diagnostic (revue de littérature, enquête de terrain, benchmark), de préconisations, voire d'accompagnement à la mise en oeuvre de projets ou d'événements.

> Découvrez en vidéo le dispositif présenté par les responsables de masters :

> Un exemple concret de projet présenté par les étudiants :

> Ce qu'en disent deux commanditaires de projets en 2020 :

> Plus d'informations dans cette plaquette en ligne


Quelques propositions de sujets

La crise sanitaire a fait émerger de nombreux nouveaux sujets sur lesquels le regard croisé d'étudiants en science politique et architecture nous apparaitrait particulièrement porteur. C'est pourquoi vous trouverez ci-dessous quelques suggestions de sujets sur lesquels nous nous proposons de travailler avec vous en 2022 !

  • Repenser l'espace du travail

L'amplification du télétravail pendant et après la période de confinement soulève de nombreuses questions à la fois pratiques et prospectives : quelles sont les catégories socio-économiques les plus concernées ? Quelles sont leurs conditions d'habitation et quelles adaptations du logement et de l'organisation familiale le télétravail a-t-il engendré ? Quid du management à distance et du rôle des employeurs ? Autant d'enseignements à titrer de notre expérience pour penser différemment l'espace du travail pour le futur.

  • Espace de voierie VS espace public

Le débat sur la place de la voiture en ville n'est pas nouveau mais a été ravivé pendant la période de confinement du Covid-19, alors que l'espace public s'est trouvé « amplifié » par la réduction de la circulation. Outre les questions de congestion et de pollution, se pose donc celle du foncier occupé par la voiture : quels potentiels en termes d'espaces publics et d'aménagement la réduction de la place de la voiture en ville engendrerait-elle ?

  • Vers une ingénierie de la disparition

Dans une récente tribune parue dans le Monde, quatre chercheurs affirmaient la nécessité d'organiser le démantèlement d’un certain nombre d’activités devenues incompatibles avec le changement climatique et l’épuisement des ressources. Cela vaut pour l’Etat et l’industrie, mais également pour les politiques urbaines et territoriales. Quels sont à cette échelle les secteurs à repenser pour mieux contrôler leurs effets socio-économiques néfastes ? Quelles mesures d'accompagnement mettre en place ?

  • L'eau ludique contre le réchauffement climatique

Le réchauffement climatique réduit les moments passés dans les espaces publics et l'exposition à l’altérité. On peut même dire qu'il remet en cause le modèle européen d’espace public urbain. Le déploiement de dispositifs de rafraichissement basés sur l’eau ludique pourrait être une solution, comme en témoignent le miroir d’eau à Bordeaux et le réseau de jeux d’eau et pataugeoires mis en place à Montréal. Comment organiser le déploiement de tels dispositifs dans l’espace métropolitain bordelais ? Pour quels usages des espaces publics ?

> Découvrir les sujets des projets des années précédentes


Des étudiants issus d'autres formations en économie, sociologie, géographie et aménagement notamment sont également mobilisables sur des temps plus courts (de 3 à 6 mois) pour la réalisation d'études ou l'accompagnement de projets concrets.

> Intéressés ? Contactez-nous !


Figure dans les rubriquesNos actualités


HAUT