Université de BordeauxCluster of excellence

[REPORTEE] Rencontre #28 : Squats et friches urbaines : comment résister à l'effacement ?

03/12 : 18h - 19h30

En raison de la situation actuelle, nous sommes dans l'obligation d'annuler cette rencontre avec l'anthropologue Ralf Marsault autour de ses travaux sur les Wagenburgs, ces campements alternatifs berlinois. Originalement prévue le 3/12 à Darwin, nous espérons la reprogrammer en 2021 !

Dernière mise à jour lundi 02 novembre 2020
[REPORTEE] Rencontre #28 : Squats et friches urbaines : comment résister à l'effacement ?


Qui sont les skins, punks et autres travellers ? Quels espaces se proposent-ils d'habiter ? Quels modes de vie adoptent-ils ? Quelle place accorde-t-on à ces subcultures dans des grandes métropoles comme Paris, Londres ou Berlin ?

Dans la prolongation de la rencontre "La ville contre les jeunes en errance", nous accueillons Ralf Marsault, anthropologue, plasticien et photographe (Centre de l’Ethnologie et de l’Image, Paris 7), spécialiste des marges de la société occidentale européenne. Depuis les années 1980, il questionne dans son travail les formes spatiales, l’esthétique et les productions d’objets dans les squats et les friches des grandes villes. Dans son dernier ouvrage de photographies "Faintly Falling, Berlin Years on the Wagenburg" (Edition Distanz, à paraitre en novembre 2020), il revient sur les traces de ces territoires occupés par des caravanes et des camions dans les quartiers de Kreuzberg et Friedrischain à Berlin, les Wagenburgs, et de ses habitants, de jeunes femmes et hommes issus de la communauté punk allemande qui à la chute du mur de Berlin, aspirent à une autre vie. Témoin de cette époque, ses photographies et ses enquêtes documentent l’histoire de ces territoires conquis dans des interstices urbains, dans lesquels s’est forgé un style de vie dont les principaux protagonistes ont revendiqué la reconnaissance auprès des pouvoirs publics.

Il s'agira d'engager une discussion à la fois sur une histoire de Berlin depuis ses franges les plus marginalisées, et sur la manière dont l’action publique municipale a traité ces zones travaillées par l’imaginaire de l’autogestion et de la sécession. Il sera également question de l'apport de la photographie aux sciences humaines, qui mêlée aux entretiens et descriptions analytiques, permet de restituer un phénomène social dans toute sa complexité. L'échange sera animée par la géographe Djemila Zeneidi, chercheuse au laboratoire PASSAGES et spécialiste des pratiques spatiales des populations précaires.

La rencontre s'inscrit dans le cadre du projet de recherche partenariale "Bordeaux, la métropole en partage ?" du programme POPSU Métropoles, et contribuera aux travaux engagés sur la place des classes populaires dans le processus de métropolisation.

L'entrée sera libre et gratuite dans la limite des places disponibles et des mesures barrières en application.

Date et lieu : jeudi 3 décembre 2020, de 18h à 19h30, à Darwin (87 quai des Queyries, 33100 Bordeaux)
Partenaires : Région Nouvelle-Aquitaine, PUCA, Darwin




HAUT