Université de BordeauxCluster of excellence

Les déchets comme objets de coopérations territoriales

Centré sur les coopérations territoriales autour des ressources en eau et en alimentation, l'axe 1 du projet POPSU "Bordeaux, la métropole en partage ?" s'élargit à la question des déchets avec le démarrage d'une thèse portée par le SMICVAL - Syndicat mixte de collecte et de valorisation des déchets dans le libournais.

Dernière mise à jour jeudi 12 novembre 2020
La règle des 5 R prônée par les associations et les acteurs du Zero Waste propose de repenser notre manière de consommer, en réduisant à la source les déchets que nous produisons, en allongeant la durée de vie des biens et en repassant notre consommationLa règle des 5 R prônée par les associations et les acteurs du Zero Waste propose de repenser notre manière de consommer, en réduisant à la source les déchets que nous produisons, en allongeant la durée de vie des biens et en repassant notre consommation
Source : zerowasteparis.fr


Quelles interdépendances entre la métropole bordelaise et ses territoires voisins en termes d'accès aux ressources ? Quels sont les relations entre les territoires et les modes de gouvernance en jeu dans l'échange et le partage des ressources ?

Telles sont les questions posées par l'axe 1 de la recherche partenariale menée à Bordeaux dans le cadre du programme POPSU Métropoles. Conçu en 2018 par une équipe de chercheurs la laboratoire PAVE (ensapBx) et Centre Emile Durkheim (Université de Bordeaux) en lien avec les services de Bordeaux Métropole, cet axe de recherche se focalise sur la "fabrique des coopérations territoriales" autour des ressources en eau et en alimentation, avec pour terrains d'étude Bordeaux Métropole, le Parc Naturel Régional du Médoc et le Sud Gironde.

C'est après avoir découvert le projet lors de l'Atelier POPSU Bordeaux de janvier 2020 que Maxence Mautray rejoint l'équipe de recherche, en tant que stagiaire d'abord. En fin de parcours de master "science politique et sociologie comparatives" (porté conjointement par l'Université de Bordeaux et Sciences Po Bordeaux), licencié d'économie, il est alors en cours de rédaction d'un mémoire recherche sur l'usage du contrat comme instrument d'aménagement du territoire en Nouvelle-Aquitaine. Dans le cadre du projet POPSU, il interroge le rôle de la Région dans les coopérations territoriales relatives à l'eau et à l'alimentation, alors même que celle-ci semble absente du tableau dressé par les premières enquêtes de terrain. Quelques entretiens semi-directifs et une analyse des contrats passés entre la Région et les territoires permettent de comprendre cette absence : avant tout compétente en matière de développement économique, la Région traite avec les entreprises plus qu'avec les acteurs publics sur les territoire. Elle se positionne sur des enjeux de développement plus que sur leur objets, en l'occurrence ici les ressources.

En parallèle de son stage au sein du laboratoire PAVE, Maxence candidate à une offre de thèse CIFRE[1] proposée par le SMICVAL, syndicat mixte de collecte et de valorisation des déchets couvrant 138 communes autour de la ville de Libourne, à 40km à l'Est de Bordeaux. Agissant sur une zone en grande majorité rurale et marquée par de fortes inégalités socio-économiques et spatiales, le SMICVAL cherche à être accompagné dans la mise en place d'une stratégie zéro déchets adaptée au territoire et à ses habitantsDans le sillage du mouvement Zero Waste, cette réflexion est encouragée par plusieurs réglementations aux niveau national et européen[2]Partant du principe que "le meilleur déchet est celui qu'on ne produit pas", il s'agit de faire évoluer les comportements de consommation, de recyclage et de réemploi tout en prenant en compte les publics les plus vulnérables d'un point de vue économique et social afin d'opter pour des mesures justes et opérationnelles.

Intitulé "Le basculement vers une politique Zero Waste d’un territoire rural sujet à de fortes inégalités socio-économiques", le projet de thèse de Maxence Mautray est retenu par le SMICVAL en juillet 2020. Il sera dirigé par Olivier Chadoin, sociologue, directeur du laboratoire PAVE, et fin connaisseur du territoire libournais.

> Comment mettre en place des mesures incitatives favorisant la transition d'un territoire rural et marqué par de fortes inégalités sociales vers le Zero Waste ? Ou, plus largement, quels sont les coûts et les bénéfices sociaux et environnementaux de la mise en place de mesures incitatives dans un contexte de basculement d'un territoire rural vers une politique de Zero Waste


Telles sont les questions qui guideront le travail de thèse. Celui-ci s'attachera à comprendre les représentations des habitants[3] en matière de déchets selon différents "vecteurs sociaux" (genre, âge, niveau de revenu, lieu et type d'habitation, niveau de diplôme...) afin de contribuer à l'élaboration de mesures incitatives justes. Il s'appuiera 
sur des travaux de recherche existant sur les représentations et comportements relatifs aux déchets, sur l'analyse d'expérimentations menées sur d'autres territoires en France voire à l'étranger, et sur le déploiement d'une méthode d'enquête qui sera co-construite avec le SMICVAL : diffusion d'un questionnaire, cartographie, observations in situ, entretiens semi-directifs avec des habitants, des agents du SMICVAL, des acteurs associatifs et des élus locaux, analyse de bases de données. La phase d'élaboration des mesures à mettre en place pourra quant à elle passer par l'expérimentation de dispositifs de sensibilisation par voie numérique, de nudges[4]d'ateliers avec les habitants.

Cette thèse sera menée en lien avec l'équipe de recherche de l'axe "ressources métropolitaines et coopérations territoriales" du projet POPSU bordelais. Au delà des coopérations autour des ressources en eau et en alimentation dont l'étude est en cours, elle permettra d'élargir la focale au sujet des déchets avec un double apport : l'analyse des relations qu'entretient le SMICVAL avec d'autres acteurs publics et privés de la gestion des déchets (Bordeaux Métropole et son délégataire pour le traitement des déchets par exemple), et celle des récits qui sont faits de ces relations, centraux dans l'approche de l'équipe de recherche.

-----

[1] Convention Industrielle de Formation par la Recherche, basée sur un partenariat tripartite entre un doctorant, un laboratoire de recherche et une structure professionnelle

[2] Loi de Transition Énergétique pour la Croissance Verte de 2015 (LTECV), Feuille de Route pour l’Économie Circulaire de 2018 (FREC), Paquet Européen sur l’Économie Circulaire de 2018 (PEEC)

[3] Une représentation est "une modalité particulière de la connaissance, généralement qualifiée de "connaissance de sens
commun", dont la spécificité réside dans le caractère social des processus qui les produisent" selon le professeur en psychologie sociale Christian Guimelli dans l'ouvrage La pensée sociale (Presses Universitaires de France, collection Que sais-je ?, 1999)

[4] "Coups de pouce" en anglais. Dispositifs simples visant à inciter les acteurs à adopter un comportement souhaitable par eux-mêmes. 



HAUT