Université de BordeauxCluster of excellence

Décès de Didier Lapeyronnie

C’est avec une très grande tristesse que l’équipe du Forum urbain a appris le décès de Didier Lapeyronnie, professeur de sociologie à la Sorbonne mais qui avait gardé de fortes attaches bordelaises.

Dernière mise à jour mercredi 16 septembre 2020
Décès de Didier Lapeyronnie


Originaire de Dordogne, Didier Lapeyronnie fait ses études à Bordeaux. Il y soutient une thèse de doctorat consacrée à la place de CGT dans la société et la politique locales. Par la suite, il travaille sur la condition étudiante avec Jean-Louis Marie (Campus Blues. Les étudiants face à leurs études, Seuil, 1992) et sur la place des minorités et des communautés ethniques en France et en Grande-Bretagne (L'Individu et les Minorités. La France et la Grande-Bretagne face à leurs immigrés, PUF, 1993).

Mais ce sont sans doute ses travaux de sociologie urbaine qui laisseront l’empreinte la plus durable sur la discipline en particulier et les études urbaines en général. En effet, depuis les années 1990, ses travaux portaient sur les grands ensembles d’habitat social, ceux qu’il appelait avec François Dubet les « quartiers d’exil », titre d’un ouvrage paru en 1992 au Seuil. Ses réflexions sur la question déboucheront plus tard sur la publication d’un livre majeur, Ghetto urbain (Robert Laffont, 2008). A partir du cas d’une cité d’Angoulême, il y décrit avec précision les mécanismes à la fois externes (discriminations, stigmatisation) et internes (constitution d’un « contre-monde » protecteur) qui font des quartiers populaires le symbole d’une altérité sociale et territoriale radicale au sein la société française.

Didier Lapeyronnie était un professeur très populaire auprès des étudiants pour son érudition, la richesse et l'originalité de ses analyses.  Les travaux de Didier Lapeyronnie se distinguaient enfin par une écriture d'une grande qualité littéraire, un domaine qui lui était familier.

L’ensemble de l’équipe du Forum urbain adresse à l’entourage de Didier Lapeyronnie ses plus sincères condoléances.

> Lire l’hommage de François Dubet à Didier Lapeyronnie dans Le Monde



HAUT