Centre d'innovation sociétale sur la ville 

Les nuits métropolitaines : fédérer autour d'activités nocturnes locales

Dans quelle mesure est-il envisageable de redéployer centralité et immobilité dans des zones lisières, marginalisées mais fondamentales de Bordeaux sur une temporalité exclusivement nocturne ?

La nuit, la métropole reste un espace dynamique animé par des pulsations et parcouru par des flux. Ces pulsations dessinent des pics d’activités et des changements de rythmes, imposent des moments de coexistence. Deux sortes de problèmes sont ainsi générés : des problèmes intrinsèquement liés aux activités, et des problèmes venant des moments de coexistence. Il s’agit de gérer et d’éviter des conflits d’usage, mais aussi de répondre aux besoins et demandes des multiples acteurs de la nuit, voire de les anticiper, dans des domaines aussi divers que la gestion de l’espace, la santé publique, la sécurité, etc.

Se saisir et inscrire Bordeaux la Nuit dans les problématiques de l’urbain fut donc la priorité de ce projet. Etant donné la pluralité de la nuit, dans ses temporalités, ses usages, et les populations concernées, il a fallu définir un angle d’attaque et une problématique. Les enjeux sociaux, économiques et politiques autour du centre ville de Bordeaux, de Lormont et de l’aéroparc de Mérignac semblent particulièrement intéressants pour y redéployer une offre urbaine innovante.

L’objectif fondamental est d’investir dans ces zones mutables pour rééquilibrer centre et périphéries, redynamiser des lieux qui sombrent dans l’immobilisme en dépit de leur potentiel mais surtout de marquer leur unicité en y implantant des usages exclusivement nocturnes. Il ne s’agit pas simplement de travailler une offre urbaine afin de répondre à une demande récurrente sur ces trois sites, mais aussi de travailler sur l’imaginaire collectif des populations traversant le lieu et d’inscrire de nouveaux usages sur le long terme, ancrant de nouveaux besoins.


Commanditaire : A'urba

Etudiants : Aurélien Belhocine, Georges Farina, Anthoine Heraud, Mathilde Hirbec, Alix Chaplain, Etienne Gazin (Sciences Po) ; Chloé Darmanté, Anne Legrand, Maxime Daviau, Julie Druillet, Garance Humeau (ensapBx)

Figure dans les rubriques
Projets collectifs Sciences Po / Architecture
Projets collectifs Sciences Po / architecture


HAUT