Centre d'innovation sociétale sur la ville 

Nous y étions ! Retour sur les 4e Assises de l'habitat Leroy Merlin

Nous y étions ! Retour sur les 4e Assises de l'habitat Leroy Merlin

Loin d’une foire aux idées de bricolage et de décoration, cet événement est un moment privilégié d’échange et de réflexion sur des questions ayant trait à la conception, à la production et à l’appropriation de l’habitat. Transition énergétique, révolution numérique et allongement de la durée de vie étaient cette année au cœur des débats. 


Invitées par notre partenaire Leroy Merlin Source*, Julie Clerc (chargée de mission au Forum urbain), et Manon Labarchède (doctorante au laboratoire PAVE), étaient présentes les 20 et 21 juin 2017 à la Cité des sciences et de l’industrie de la Villette (Paris) pour les 4e Assises de l'habitat. Voici ce qu'elles en retiennent :

Mardi 20 juin

[10h30] Matthew B. Crawford, ancien directeur d’un think tank américain reconverti en mécanicien, est auteur de plusieurs ouvrages sur le sens et la valeur du travail manuel. Il a ouvert l'événement par une réflexion sur les relations entre le « penser » et le « faire », en référence à l’intitulé des Assises « Penser avec / Faire ensemble : nouvelles co-opérations habitants-professionnels ». Il est ainsi revenu sur le concept d’individual agency, soit la capacité de chacun à être en prise avec le réel, à le transformer soi-même et à en dégager du plaisir, à commencer par le chez-soi.

[11h30] Leroy Merlin Source a ensuite dressé un panorama des 14 chantiers de recherche lancés depuis 2015 à travers son réseau d’une quarantaine de « correspondants », chercheurs, enseignants et professionnels de l’habitat. Les champs d’étude sont vastes et interrogent aussi bien la place des objets connectés, les enjeux du travailler chez soi, que les adaptations du logement à la retraite.

[14h] Un premier « grand format » a réuni plusieurs acteurs autour de la question des politiques publiques en matière d’énergie dans l’habitat. Les retours d’expériences à Toulouse, en Dordogne et dans le Cotentin, montrent que les dispositifs qui portent leurs fruits (ateliers solidaires, diagnostics mutualisés, chantiers participatifs) sont ceux qui se situent au plus près des besoins (embellissement du logement, amélioration du confort) et des capacités (techniques, sociales, individuelles et collectives) des habitants.  

En parallèle, un « retour de chantier » consacré aux nouveaux usages dans la maison a mis en avant les rapports entre le dedans et le dehors, les autres et nous, le temps court et le temps long dans des espaces qui évoluent au fil du temps (le garage, la chambre d’adolescent, les espaces communs).  

[16h45] « Carte blanche » était enfin donnée pour ce premier jour des Assises à l’équipe de recherche du chantier « Chez-soi, ses choix », qui a travaillé sur les multiples représentations du chez-soi portées par les professionnels de l’habitat et de l’aide à domicile. Bernard Ennuyer, sociologue à l’université de Paris Descartes, en a proposé la définition suivante : « Le chez soi est d’abord un lieu, un lieu où l’on se sent bien, un lieu où l’on est en sécurité ». En cela, il renvoie à l’identité personnelle, à la protection des lieux et au droit au logement, comme l'a précisé Anne Caron-Déglise, magistrat et présidente de chambre à la Cour d’appel de Versailles. Virginie Delloue, architecte-urbaniste à Leroy Merlin France, a rappelé que le logement n’est pas l’unique support du chez-soi, qui s’étend en réalité aux espaces extérieurs qu'ils soient publics ou privés.  

Mercredi 21 juin

[9h] Yuko Sasa, doctorante en robotique à l’Université de Munich, a commencé la journée en présentant dans le cadre d’un « grand format » sur le numérique une expérimentation menée à Grenoble, mettant en interaction des personnes âgées isolées et un robot connecté à un habitat intelligent. Le résultat est surprenant : l’objet devient peu à peu une présence pour la personne âgée, auprès de laquelle elle re-développe des compétences liées au langage et à la communication.

[14h] Le 3ème volet de « J’y suis, j’y reste », série-documentaire de Marie Delsalle, psychanalyste, et Jacques Loeuille, réalisateur, était dévoilé en avant-première. Alors que les deux premiers épisodes abordaient les motivations des personnes âgées pour rester dans leur domicile et les conséquences sur l’organisation de leur vie au quotidien, ce dernier volet met un coup de projecteur sur les situations de dénuement dans lesquelles se retrouvent des propriétaires en fin de vie.

[15h30] Le « grand débat » a enfin abordé la question de l’adaptation du logement au vieillissement. Partant du constat que les dispositifs d’aide ne sont pas assez réactifs à l’urgence dans laquelle se trouvent les personnes âgées, les intervenants ont formulé plusieurs idées pour l’avenir : anticiper les besoins liés au vieillissement, dé-stigmatiser les solutions d’adaptation du logement, rendre possible le transfert de crédit d’impôt à des tierces-personnes (famille, amis, aidants) qui prennent en charge les travaux, faciliter l’orientation vers les aides techniques et financières en créant un guichet unique pour les personnes âgées et handicapées.

Télécharger le programme des 4e Assises de l’habitat


* Le réseau de recherche Leroy Merlin Source est partenaire du projet de recherche « Habitat et vieillissement : vers des innovations sociales ? » porté par le laboratoire PAVE en partenariat avec le Forum urbain.


Dernière mise à jour jeudi 07 septembre 2017


HAUT